FR_banner_emploi1231
5 décembre 2018

Baromètre bruxellois de la qualité de l’emploi

A l’approche des élections régionales du 26 mai 2019, la FGTB Bruxelles entre en campagne Objectif : replacer les travailleurs et les travailleuses au centre des préoccupations politiques. Trois priorités : garantir à tous les bruxellois et bruxelloises leur droit à la ville, faire de la diversité la force de notre région et… veiller à la qualité de l’emploi. Les résultats du récent baromètre bruxellois de la qualité de l’emploi réalisé par la FGTB Bruxelles l’atteste : il y a urgence.

« Notre baromètre  de la qualité de l’emploi met en lumière la face cachée du marché du travail régional. Nous y démontrons, par une analyse des statistiques officielles de l’emploi, que la baisse du taux de chômage observée depuis 2013 va aussi de pair avec une dégradation continue de la qualité de l’emploi. Les politiques mises en œuvre par le Gouvernement fédérale au cours de la dernière législature ont en effet généré une dérégulation croissante du droit et des conditions de travail. »  explique Estelle Ceulemans, Secrétaire générale de la FGTB Bruxelles. « Les conséquences sont désastreuses pour le monde du travail : augmentation de l’emploi à temps partiel subi, de l’emploi sous statut de faux indépendant, des contrats temporaires… Nous montrons également que ces types d’emploi précaires touchent inégalement la population bruxelloise. Ainsi les jeunes sont les plus touchés par l’emploi temporaire, et les femmes les plus touchées par l’emploi à temps partiel. ».

Concrètement :

  • 42,5%, c’est le pourcentage de salariés bruxellois à temps partiel pour motif qu’ils n’ont pas trouvé d’emploi à temps plein ou que l’emploi souhaité n’est offert qu’à temps partiel ;
  • 4 723, c’est le nombre de fonctionnaires bruxellois à temps plein en moins entre 2008 et 2016
  • 56,5 % des salariés bruxellois entre 15-24 ans sont occupés par des contrats temporaires ;

Découvrez notre baromètre bruxellois de la qualité de l’emploi.