justice_migratoire_fbcover-2
13 décembre 2017
17h00
Arts-Loi

Asile et migration : forçons l’Europe à changer de cap !

Le 23 octobre 2017, afin de répondre à l’urgence humanitaire et d’éviter une dégradation de la situation, le Conseil communal de la Ville de Bruxelles a donné son feu vert pour la location, par la Ville, d’un immeuble (appartenant à Citydev et situé à Haren) et pour sa mise à disposition d’associations prêtes à organiser l’accueil de migrants durant l’hiver. Ce centre d’accueil et d’orientation sera géré par des ONG (dont Médecins du monde et la Plateforme Citoyenne de Soutien aux Réfugiés). A plus long terme, le bâtiment de quelque 3.600 m2 est voué à la démolition. Il sera donc disponible de fin novembre 2017 au 30 avril 2018, dans le cadre d’un bail d’occupation à titre précaire. La Ville de Bruxelles a souligné qu’elle entendait prendre ses responsabilités. Elle a invité les autres communes et institutions à lui emboîter le pas. Au parlement fédéral, l’opposition dénonçait, dans le même temps, l’inaction du gouvernement fédéral, qui n’apporte aucune aide tangible à la Région bruxelloise…

La FGTB Bruxelles salue l’engagement et les actes de  la Ville de Bruxelles et condamne fermement l’immobilisme fédéral sur la question de l’accueil des travailleurs sans-papiers.

Les migrations sont un fait social intemporel. Des frontières totalement ouvertes ou totalement fermées, cela n’existe pas ! Il s’agit d’une pure vue de l’esprit… Pour rappel, les migrants, en Europe, ne représentent que 6 % des réfugiés dans le monde, l’immense majorité d’entre eux résidant dans les pays les plus pauvres. Ainsi, en 2015 (l’année de la crise dite « migratoire », qui était en réalité une crise de l’accueil…), la Belgique a accueilli moins de demandeurs d’asile (35.476) qu’en 2000 (42.691), année record où il n’avait nullement été question de « crise des migrants » !… La Commission européenne a rappelé utilement que notre continent a besoin de 15 millions de travailleurs migrants d’ici à 2050 pour compenser la baisse de la démographie et préserver son modèle économique et social…

Face à l’urgence de la situation, à Bruxelles notamment, la FGTB s’engage et soutient l’initiative de la ville et des ONG d’ouvrir le centre d’accueil pour les migrants en transit. Par ailleurs, la FGTB soutient aussi le CIRE et la Ligue des droits de l’Homme ainsi que Médecins du Monde dans leur plaidoyer politique face aux deux projets de loi criminalisant les migrants, actuellement en examen en commission parlementaire.

La FGTB restera vigilante face à l’utilisation des forces de police et mènera une réflexion, à l’interne, face aux rafles et arrestations de migrants en transit et de sans-papiers, notamment dans les transports en commun.

Il est primordial de poursuivre la lutte aux côtés des collectifs de travailleurs sans-papiers et nous appelons les citoyens bruxellois à manifester le 13 décembre lors du Sommet européen (pour exiger, avec l’associatif, une politique migratoire juste et anti-dumping social).

 

INFOS :

RDV à Arts-Loi à 17h, le mercredi 13 décembre, veille du sommet européen, afin de forcer l’Europe à changer de cap !

Si vous souhaitez rejoindre le nombre grandissant de familles qui accueillent rendez-vous sur http://www.bxlrefugees.be/  vous y trouverez toutes les informations sur les besoins en termes d’hébergement de personnes sans-papiers.

Vous ne prenez aucun risque légal en logeant quelqu’un dans le besoin pour des motifs humanitaires. Fort heureusement, le “délit de solidarité” n’existe pas en Belgique, contrairement à d’autres pays européens…